Accord Airbnb-Century 21 : Le respect des règles de la sous-location en danger


Century 21, Airbnb


L’annonce d’un accord entre Century 21 et Airbnb pour la mise en sous-location des logements du réseau d’agence sur la plateforme américaine est une reconnaissance du travail mené par Smartrenting depuis 2015. Crée afin d’aider les locataires en mobilité à ne pas perdre leur logement durant leur séjour professionnel à l’étranger, Smartrenting répond à une demande en constante augmentation notamment dans les zones tendues.

 

Aujourd’hui, 56% des 18-30 ont un projet de mobilité mais 84% ont dû mal à assumer le coût de leur logement inoccupé durant leur séjour loin de leur résidence principale.

« Cet accord entre le réseau et la plateforme conforte notre positionnement et le développement de notre startup » confie Thibault Martin, fondateur et CEO de Smartrenting.

Le locataire responsable des dégradations

Par ailleurs, dans ce partenariat le locataire se trouve dépourvu d’assurance spécifique, de gestion locative, et contraint d’assumer les éventuelles dégradations du bien. Si le locataire laisse son logement durant 2 mois qui pourra accueillir les différents sous-locataires, intervenir en cas de soucis de plomberie, de perte des clés par le sous-locataire ? Pour chaque mise en sous-location, de nombreuses actions répétitives et non anticipables sont à effectuer : annonces, ménages, linges de maison, maintenance, check-in, check-out et surtout l’assurance du logement pour éviter les mauvaises surprises.  Sans conciergerie, la sous-location restera compliquée à gérer. Smartrenting en tant que tiers de confiance permet d’assurer cette gestion locative en s’engageant à prendre en charge les possibles dégradations et en assurant au locataire de retrouver son logement dans l’état où il a été laissé. « Nous souhaitons que nos locataires puissent sereinement laisser leur logement durant leur séjour en mobilité, pour cela nous leur offrons la sécurité et la garantie de retrouver leur appartement dans son état originel, ce que ne garantit aucunement le partenariat entre Century 21 et Airbnb. Une conciergerie adossée à ce partenariat paraîtrait une solution plus pertinente afin d’assurer au locataire la gestion de son bien », ajoute Thibault Martin.

La sous-location reconnue mais en danger

Aujourd’hui encore 77% des locataires interrogés par Smartrenting, dans le cadre d’un sondage OpinionWay en février dernier, pensaient que la sous-location était illégale. Celle-ci bien que légale doit répondre à certaines règles bien précises : avoir l’accord du propriétaire et que le locataire ne réalise pas de bénéfice sur la sous-location. Or ce partenariat semble proposer au locataire de pouvoir lui-même fixer le prix de sa nuitée et de plafonner son loyer non pas sur 120 jours, mais sur l’année. Pour Thibault Martin « ce plafonnement de loyer est à la fois journalier, mensuel et annuel, et le locataire ne peut pas recevoir plus que son loyer dans la limite des 120 jours. Nous avons une interprétation stricte des textes afin d’éviter de mettre nos jeunes en mobilité en porte-à-faux face à leur propriétaire, en leur faisant pratiquer une sous-location illégale. Aujourd’hui, ce point reste à éclaircir : aucune jurisprudence ne semble définir précisément ce plafonnement de loyer. Nous souhaitons que les locataires soient protégés, assurés, accompagnés et puissent réaliser leur projet de mobilité l’esprit tranquille ».

Si ce partenariat est une avancée pour la reconnaissance de la légalité de la sous-location, il ne permet pas en l’état aux futurs locataires de partir sereinement en leurs enlevant la contrainte logistique et sécuritaire de la sous-location. Gérer la sous-location d’un appartement n’est pas qu’une mise à disposition d’un appartement, la gestion logistique et assuranciel de la location ont été oublié dans ce partenariat.

A propos de Smartrenting

Fondée en 2015, Smartrenting est une agence de gestion locative dédié uniquement à la sous-location. Pour éviter aux étudiants ou professionnels en mobilité de payer un logement vide et de remettre en question leurs projets, Smartrenting s’occupe de la gestion complète du bien (mise en ligne sur différentes plateformes de location de courte durée, états des lieux d’entrée et de sortie, ménage, linge de maison, …), tout en garantissant au locataire le règlement de la totalité de son loyer. Depuis 2 ans, plus de 300 logements ont été confiés en gestion à Smartrenting, plus de 800 000 € de loyer ont été reversés aux locataires. Smartrenting est présent à Paris, Bordeaux et Lyon.

En savoir plus sur : http://smart-renting.com/

Crédit ; Julie Roland

 





Dans la même catégorie A lire

  • 24/01/2019 : Recrute Négociatrices / Négociateurs immobilier H/F sur le secteur de NIMES (30)
  • 22/02/2018 : Ventes interactives 36H immo d’Immonot : le succès est encore au rendez-vous !